Pour en connaître davantage sur l’histoire de Magog et de la Maison Merry

La Maison Merry a piqué votre curiosité?

Découvrez quelques faits intéressants entourant l’histoire de la famille Merry et le site historique.

La rue Principale dans les années 1920. Fonds Georges Abbott. La Société d'histoire de Magog

La rue Principale dans les années 1920. Fonds Georges Abbott. La Société d'histoire de Magog

Qu’est-ce qu’un lieu de mémoire citoyen?

Le concept de lieu de mémoire a été inventé par l’historien Pierre Nora, auquel nous avons ajouté le terme « citoyen ». Le concept de lieu de mémoire fait référence à l’ensemble des repères culturels issus du passé d’une communauté. La particularité citoyenne de notre lieu de mémoire intègre aussi des notions d’appropriation, d’utilisation et d’implication individuelles par l’ensemble des citoyens de Magog.

La position stratégique du site de la Maison Merry

Lieu de passage historique incontournable et berceau du développement de la ville de Magog, la Maison Merry jouit d’une situation enviable au centre-ville. C’est d’ailleurs cette position, en bordure de la rivière Magog et à proximité du lac Memphrémagog qui en fait un lieu privilégié. Bien avant l’installation permanente des premiers habitants de Magog, la région est occupée par des groupes abénakis. Sur le site même de la maison, des traces de présences autochtones, remontant à 3 000 ans, ont été découvertes. Graduellement, d’autres groupes s’établissent dans la région, les Américains, les Irlandais les Britanniques et les Canadiens français contribuent chacun à l’identité locale.

La famille Merry

C’est à cet endroit stratégique, qu’à la fin du 18e siècle, Nicholas Austin construit un premier moulin. C’est aussi ce lieu que choisi Ralph Merry III en 1799. Arrivé du Massachusetts où il a combattu avec les troupes révolutionnaires, Ralph Merry achète une petite partie du terrain de Nicholas Austin. Il s’y installe avec sa famille, d’abord dans une petite maison de bois rond. Considéré comme le fondateur de l’Outlet (ancien nom de Magog), Ralph Merry III est agriculteur, forgeron puis homme d’affaires. Il fait construire la Maison Merry en 1821 et la lègue l’année suivante à son fils. Tour à tour, six générations de la famille habitent la Maison Merry, autour de laquelle la ville de Magog voit le jour. Plusieurs membres de cette illustre famille contribuent grandement au développement de Magog.

Parmi les membres de la famille Merry ayant habité la maison, notons, Ralph Merry V, petit-fils du fondateur de l’Outlet. Homme bien connu dans son milieu, Ralph Merry met sur pied une fabrique d’allumettes, un magasin général et contribue, avec son gendre Alvin Head Moore, à l’arrivée du chemin de fer à Magog, tout en assumant les fonctions de maire du Canton de Magog dans les années 1870 et 1880.

L’architecture de la Maison Merry

La Maison Merry est la plus ancienne maison du Magog urbain et a conservé son aspect général qui demeure très comparable à celui qui prévaut aux 19e et 20e siècles. D’inspiration Nouvelle-Angleterre, elle est un remarquable exemple de l’architecture vernaculaire étatsunienne.

Une caractéristique très intéressante est la structure de son toit présentant un très large avant-toit en façade soutenu par quatre troncs d’arbres non équarris, où l’on peut encore apercevoir l’emplacement des branches.

Des lucarnes à pignon percent les versants du toit. Le revêtement est en planches à clin, dont la face exposée est inclinée pour empêcher la pénétration de l’eau. Les fenêtres à guillotine composées de 12 à 20 carreaux caractérisent les premiers modèles de ce type de fenêtre introduits au Québec à cette époque. On remarque les composantes formant des paires symétriques d’inspiration classique et l’utilisation de matériaux locaux, s’adaptant aux conditions climatiques.

La Maison Merry est citée immeuble patrimonial par la Ville de Magog et détient une cote « exceptionnelle » selon son état de préservation dans l’Inventaire du patrimoine de la Ville de Magog.

Magog, haut lieu de l’industrie textile

Peu à peu, sous l’impulsion de quelques hommes influents comme Alvin Head Moore et Ralph Merry, l’industrie du textile se développe, notamment avec la mise en opération en 1884 de la Magog Textile & Print Co, qui est intégrée en 1890 à la Dominion Cotton Mills, puis en 1905 à la très connue Dominion Textile. Rapidement l’industrie croît et embauche une main d’œuvre de plus en plus nombreuse. Ces nouveaux arrivants, dont plusieurs Canadiens français, s’installent près des usines. En quelques années à peine, la population croît rapidement. Le petit hameau de quelques dizaines d’habitants est en 1890 une ville de plus de 2 000 habitants

La ville vit alors au rythme de l’industrie du textile, subissant ses soubresauts et profitant de ses années de prospérité. Progressivement, l’industrie connait un déclin important à partir des années 1980, jusqu’à la fermeture des dernières usines au début des années 2000.

Tourisme et dynamisme économique

Lieu touristique déjà prisé dès le 19e siècle, la région est reconnue pour la beauté de ses paysages. L’arrivée du chemin de fer et la mise à l’eau de bateaux à vapeur qui sillonnent le lac Memphrémagog entre Magog et Newport aux États-Unis favorisent l’essor du tourisme, activité économique de plus en plus importante dans la région. Ces dernières années, de nouveaux secteurs industriels, comme les nouvelles technologies de même que les secteurs des services et de la santé se développent, contribuant ainsi au dynamisme et à la diversification de l’économie magogoise.

Pour en connaître davantage sur l’histoire et le patrimoine de la région
La rue Principale dans les années 1920. Fonds Georges Abbott. La Société d'histoire de Magog

La rue Principale dans les années 1920. Fonds Georges Abbott. La Société d'histoire de Magog